Génération enthousiasme

Ecolo pour
les jeunes

Les jeunes de 20 ans veulent de la liberté et de la souplesse. Ils veulent pouvoir embrasser plusieurs professions, parfois même simultanément, en jonglant avec les statuts. Ce besoin de liberté et de curiosité ne devrait connaître pour limites que celles qu’ils s’imposent. Raison pour laquelle pouvoir bouger, près de chez soi ou à l’étranger, devrait être un droit. Sur le plan personnel, les jeunes ont le droit à une vie sexuelle et affective où les choix sont faits en connaissance de cause.

Nos propositions

Le droit d'essayer

Les jeunes devraient avoir le droit à davantage de sécurité (un revenu avant tout) et de liberté (le droit de choisir, d’essayer, de se tromper et de recommencer). Nous proposons de rétablir une vraie allocation d’insertion pour les 18 – 30 ans, à savoir une allocation individualisée pour une durée de 5 ans accessible après un stage d’insertion de 6 mois, majorée pour les jeunes mères isolées. Et pour donner aux jeunes un véritable droit d’essayer, Ecolo propose que jusqu’à 30 ans, celles et ceux qui quittent volontairement un emploi ou une activité d’indépendant après un an d’activité minimum puissent bénéficier du droit aux allocations de chômage.

Le droit de bouger

Ecolo propose aussi d’octroyer à chaque jeune un libre-parcours d’un an sur l’entièreté du réseau de transports en commun belge et ce afin de permettre l’accès à la mobilité pour tous d’une part et de tenter, d’autre part, de changer les schémas mentaux traditionnels du « tout à la voiture ».
Un séjour à l’étranger, dans le cadre de leurs études ou en dehors, représente une expérience enrichissante et une ouverture sans pareille sur le monde. Ecolo entend rendre cette mobilité internationale accessible à chacun, indépendamment de la situation économique, sociale ou familiale.

Le droit de savoir

Aujourd’hui encore, trop de jeunes se retrouvent dans des situations complexes ou prennent des risques pour leur santé physique et mentale parce que les informations sont incomplètes. Il est essentiel que les jeunes obtiennent facilement des réponses et des solutions à leurs questions sur la contraception et les maladies sexuellement transmissibles. La vie affective et sexuelle est avant tout une source de plaisir, de bonheur, de partage, mais cela davantage lorsque l’on peut faire ses choix en connaissance de cause. L’information et l’éducation sont donc essentielles.

Comme vous, ils sont Génération enthousiasme

Ils entament un nouveau chapitre de leur vie, celui où ils se lancent dans les études ou le monde du travail. C’est le moment où tout est possible, où ils commencent à construire leur propre vie. C’est aussi le moment où ils obtiennent le droit d’aller voter et qu’enfin leur voix puisse s’entendre et peser. Ils sont dragué(e)s partout mais séduit(e)s nulle part, ils cherchent encore parfois, même si dans le fond, ils savent ce qu’ils veulent… et ce qu’ils ne veulent pas pour leur avenir.

  • Découvrir

    Larissa

    Génération enthousiasme
    à Lens

    Je cherche constamment la proximité avec ce/ceux qui m'entoure(nt). Je suis consciente de ce que je consomme/achète et (ré)agis en conséquence. Je suis active au sein de la locale Ecolo de mon village car la démocratie mérite toute notre attention. J'entreprends un merveilleux projet de floriculture en ce moment afin de procurer sourires et bonheur avec un bouquet de fleurs locales et de saison cultivées avec juste deux mains et de la patience...

  • Découvrir

    Albert

    Génération enthousiasme
    à Marche-en-Famenne

    « Je suis jeune, bientôt la vingtaine, et j'ai encore beaucoup à apprendre. Pierre Rabhi disait que, par exemple, seulement manger Bio ne serait pas suffisant pour changer le monde, le changement doit biensûr comprendre plus que cela. Néanmoins cela ne m'empêche pas de faire la quasi totalité de mes déplacements à vélo, d'être très actifs dans les mouvements de jeunesse, de me soucier pour ce que je mange et d'aborder les choses avec un esprit consciencieux de manière générale. »

  • Découvrir

    Danaé

    Génération enthousiasme
    à Liège

    « Je suis navetteuse par conviction et non par obligation. Depuis toujours j'essaie de privilégier un maximum les transports en commun. Je travaille à Bruxelles et je vis à Liège, donc je prends le train ! Pour optimiser mon confort et mes trajets, je prends mon meilleur ami avec moi, mon vélo pliant. J'évite les embouteillages, le stress de la voiture et, en plus, c'est mieux pour notre environnement. C'est gagnant-gagnant ! »

  • Découvrir

    Diane

    Génération enthousiasme
    à Ville de Bruxelles, Bruxelles

    « Je suis originaire de Strasbourg et je vis à Bruxelles depuis plusieurs années : alors oui, pour moi, le projet européen est au cœur de mon action. Je suis membre des Young European Federalists car je sais qu'une Europe fédérale est la solution face aux enjeux auxquels nous sommes confrontés, qu'ils soient environnementaux, sociétaux ou démocratiques. Débattre, agir et réunir autour de l'idée que les jeunes peuvent façonner l'avenir de l'Union Européenne : voilà comment je change le monde à mon échelle au quotidien. »

  • Découvrir

    Julie

    Génération enthousiasme
    à Theux

    « Chaque matin, je prends le train à Liège pour me rendre à Namur sur mon lieu de travail. Je privilégie les transports en commun afin d'éviter un long déplacement en voiture. De plus, je me rends très souvent dans la boutique namuroise Ramd'âm qui propose un large choix de cd, dvd, livres et jeux de seconde main, de quoi remplir ma bibliothèque à petits prix ! J'aime aussi me rendre une fois par mois à l'épicerie Demain à Spa où mes bocaux et mes sacs à vracs me permettent de favoriser le "zéro déchet". »

Ajouter mon témoignage